Rouge rocher rouge

Au centre pile du pays les rochers rouges sur le désert jetés comme au hasard, leur peau d’écailles, on dirait bien des animaux.

On marche autour, la couleur change, rouge rocher rouge. Plus vers là-bas un autre ensemble, des vents contraires, la rocaille glisse et en passant une sorte de col, à redescendre de l’autre face, on pensera à de vieux films, ceux de l’enfance, quand des explorateurs à casques ridicules découvrent une vallée inconnue, Tarzan.

Moment de grâce le même jour quand des enfants aborigènes vélos pieds nus et tous morveux (au sens propre) s’arrêteront en demande d’eau, et se passeront en riant, sales dépaneillés, une bouteille tirée du sac. Se souvenir : partout ici rappelée, l’importance pour ce peuple de savoir toujours trouver de l’eau. Les enfants l’ont trouvée.

Partager vers...Share on Facebook12Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *