Un pays assez grand 

Bowen, Townsville, impeccables bords de mer, un soleil souriant, le coucher tôt qui rappelle l’hémisphère, des marcheurs suants, se tenir pleine forme dans des villes pour voitures, paradoxe, le pendant les marcheurs dans l’outback qu’on croisait dans le rien pénitents ou juste fous – longue ligne droite et bien qu’on pense mirage c’était eux qui poussaient leur carriole dans le feu. 

Travailleurs, tous oranges, la couleur laborieuse, les chantiers, les livreurs, tous les hommes bords de route, l’entretien, la fierté de l’orange et les chapeaux très larges, on dirait de la paille. 

La route du milieu loin, je ne vois plus de trucks, nulle poussière de ce rouge du dedans mais le bleu et le blanc, l’émeraude de l’eau : un pays assez grand pour être au moins deux mondes. 

Partager vers...Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

Un commentaire

  1. Emmanuelle Tricoire
    29 juillet 2016
    Reply

    Ça y est, l’Australie entre en toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *