Mon ciel est plus bleu que cela 

Airlie Beach, point balnéaire de la côte Est, porte vers le Grand Récif de Corail juste en face et les îles paradisiaques en chapelet des environs, tout ça vanté vendu à renforts de flyers fluos couvrant les murs des agences se disputant trottoirs comme chalands – il y a gros marché vrai autour du bleu dessous et puis dessus et donc par ricochet vers les attentes d’aller là-bas voir la beauté (elle se meurt maintenant, le corail crève aussi, réchauffement climatique, nous aurons tout détruit et surtout les belles choses).

Du coup d’hiver ici plages vides partout quasi, parfaites alors pourtant,  une carte postale ainsi, ambiance douce encore, cette nostalgie des lieux de mers à saison creuse.

Je ne vais pas plonger, je suis un vrai rocher, le rêve me suffit, et ce que j’y emporte me fait plus que le vrai. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 − trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.